6 séminaires

Journées d'études

Seminiare_JCW_Affiche.jpg

LES SOIGNANTS à BOUT de FORCE

 

6 séminaires pour mettre la question au travail

Les séances du séminaire auront lieu le lundi de 16h à 18h :

5 décembre 2022

16 janvier 2023

30 janvier 2023

6 mars 2023

3 avril 2023

24 avril 20223

Lieu : La salle 19 du bâtiment d’Anatomie, au cœur de l’hôpital civil de Strasbourg

Le séminaire est ouvert à toute personne désirant mettre ces questions au travail.
Les étudiants qui souhaitent le valider dans le cadre d’un master ou d’une formation doctorale sont priés de se faire connaître dès la première séance.
 INSCRIPTION par  courriel adressé à jean-christophe.weber@chru-strasbourg.fr

ENGAGEMENT, ALIENATION, IMPUISSANCE : LES SOIGNANTS À BOUT DE FORCES.
Shadows in the mood ou révolution morale?

On peut figurer la relation médicale comme une double aliénation asymétrique. Un des versants est visible et contesté : l’assujettissement des malades à la domination médicale. L’autre versant est moins apparent : l’identité professionnelle du soignant est une identité aliénée : « Que serait une infirmière s’il n’y avait pas de malade ? Et quel étrange animal serait alors le médecin !» . Cette aliénation est choisie, décidée, professée (cf. serment médical), mais non vécue comme étant forcément une aliénation (avec ses connotations négatives).
À l’heure où les professionnels de santé sont réputés être ou se disent « aux limites de leur engagement », et vivent une forme d’impuissance, une enquête étiologique s’impose : s’agit-il de l’ombre portée de l’individualisme, d’une perte de sens accélérée par une conception productiviste des soins, d’un changement dans la valeur accordée au travail en général, d’une remise en cause de cette double aliénation asymétrique par les deux parties ? Est-ce qu’on assiste actuellement à un « coup de mou » à contextualiser (hôpital-entreprise, pandémie exténuante, etc.) pour mieux « rebondir », avec « enthousiasme et résilience », ou faut-il discerner dans cette actualité de la souffrance des soignants les signes d’une mutation de grande ampleur, qu’on ne sait pas encore comment accueillir ni s’il convient d’y résister (avec quelles énergies) ?
Nous nous proposons d’analyser la relation médicale (et plus largement soignante) en mobilisant deux concepts, l’aliénation et la puissance. Une aliénation est cachée au cœur du métier, dont la trame est liée à une relation anthropologique fondamentale (la dépendance à autrui) ; une autre aliénation, au sens marxien du terme, apparaît à présent au grand jour de l’entreprise productive, alors qu’elle pouvait passer inaperçue, subtilement enchâssée dans un pouvoir de service et de soin. Les remises en cause de ce pouvoir rendent nécessaire le décryptage de ce que recouvre réellement la puissance de soigner (qui semble basculer en impuissance). Quels sont les rôles respectifs des puissances actives (capacités d’être la cause de changements chez le patient) et de la puissance passive (celle d’être modifié par l’action du malade) dans le soin ? Quels en sont les déterminants qui tiennent à l’agent (individuel et collectif) ? Quelles en sont les causes externes ? Quelle est la place de l’engagement subjectif dans un travail ordonné aux intérêts d’un autre ? Les changements sociaux et politiques affectent-ils le noyau dur de la disposition soignante ou la bousculent-elle en surface ? Finalement, ne faudrait-il pas remettre en cause l’aliénation-engagement du soignant ? Est-ce réellement la clef d’une médecine humaine (pratiquée par des personnes pour des personnes), ou faut-il l’envisager différemment ? Une révolution morale est-elle en marche ?
Un chantier s’ouvre, peut-être pour plusieurs années.  

 

 

Toutes les actualités :

Réflexion autour du port du masque en institutions médico-sociales

Brochure destinée à accompagner la réflexion des professionnels et des familles des Institutions médico-sociales.

Travail des Cellules de soutien éthique de l’Espace de Réflexion Éthique Grand-Est suite à deux saisines de juillet 2021

Par les sites d’appui alsacien et champardennais de l’EREGE

Disponible sur le site format PDF ou sur demande pour le format papier.

Jury citoyen sur l'ingénierie génomique

Le comité éthique de l’INSERM a contacté, la Conférence des Espaces de Réflexion Ethique (CNERER) pour demander aux ERER de  participer à un projet consistant en la création de jurys citoyens sur tout le territoire, suite à l’avancée rapide des techniques autour de l’édition génomique. Ces techniques soulèvent de nombreuses questions autour d’enjeux sociétaux.

Au terme de quatre séances de travail, le jury alsacien sur l’édition du génome a rendu le fruit de ses réflexions.

L’objectif de ces jurys ? Faire entendre les questions que se posent les citoyens au sujet de l'édition du génome dans les domaines du végétal, de l’animal et de l’humain.

Le Jury a identifié dans chacun des domaines ce qu’il souhaite, ce qu’il refuse, a fait des propositions et posé des questions. L’objet de ce travail n’était en aucun cas de faire émerger un consensus, ou de parler d’une voix unique, mais bien de permettre l’expression d’avis, de propositions, de craintes, de refus, souhaits pluriels, parfois opposés mais a fortiori complémentaires.

L’ensemble des travaux menés par les Espaces de réflexion éthique sera transmis aux initiateurs internationaux du projet et présentés à l’Onu au cours de l’année 2022.

2021

Travaux

CSE-Annonce.jpg

COVID 19 - Cellules de soutien éthique

 Les cellules de soutien éthique du Grand Est restent mobilisées pour répondre à vos saisines. Concrètement, n’hésitez pas à diffuser ce message à vos services afin qu’ils suivent les modalités suivantes :

 - Remplir le formulaire ci-contre

- Envoyer le formulaire à :

Suite à la saisine du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) par le ministre des Solidarités et de la Santé, le 1er mars, sur les enjeux éthique face à la pandémie du COVID 19 et à la contribution rendue publique le 13 mars, les Espaces de réflexion éthique régionaux (ERER) ont été incités, en lien avec les ARS et les groupes d’éthique clinique des CHU, à mettre en place des « cellules de soutien éthique ».

Ces cellules de soutien éthique sont composées de personnes provenant de différents champs disciplinaires et reconnues pour leur implication dans la réflexion éthique.

  • Mohammed ABARGIS, Médecin vasculaire, Strasbourg
  • Jean-Louis BONNET, Président Fondation Vincent de Paul, Strasbourg
  • Laurence BOURGUIGNON, Responsable infirmier, Schirmeck
  • Suzanne CASSEL, Vice-Présidente ABAPA Papillons Blancs
  • Christine CHAUTRAND, (Ex)Directrice Vivre chez soi, Strasbourg
  • François CLAUSS, Odontologie pédiatrique, Strasbourg
  • Anne DANION, Pédo-Psychiatre, Strasbourg
  • Yves DURRMANN, Médecin colonel pompier
  • Guy FREYS, Anesthésie Réanimation, Strasbourg
  • Laura GARCIA, Psychologue, Thann
  • Frédéric GRABLY, Psychiatre, Strasbourg
  • Laurence GRANDJEAN, Membre du Bureau de France Assos Santé Grand Est
  • Michel HASSELMANN, Réanimation médicale, Strasbourg
  • Patrick KARCHER, Gériatrie, Strasbourg
  • Patrick LEDEE, Soins palliatifs-Centre d'évaluation et de traitement de la douleur, Mulhouse
  • Laure PESCH, Coordinatrice Site d'appui alsacien Erege
  • Jean-Christophe WEBER, Médecine interne, Strasbourg
  • Edith WERRN, Directrice des opérations Ehpad, Mulhouse

L’objectif de ces cellules est d’apporter un éclairage éthique sur les dilemmes et questionnements que vous (soignants, administrateurs…) rencontrez ou pourriez rencontrer à l’occasion de la prise en charge de patients ou résidents.

18/12/2020

Divers, Travaux

Avis Ehpad.jpg

Avis de l’EREGE sur les visites en EHPAD

A l’attention des directeurs.trices d’EHPAD
Texte préparé par la Cellule de soutien éthique lorraine.

Comme à l’occasion du premier confinement, la période actuelle continue à soulever de nombreuses questions éthiques, tout particulièrement en EHPAD. A ce titre, nous souhaitons par cet avis vous faire part de quelques éléments afin de vous accompagner dans votre réflexion.

2018

Divers, Travaux